L’inquiétude croissante des Français vis-à-vis de leur retraite ne va pas en s’améliorant, mais il faut savoir qu’il existe diverses solutions qui permettent de s’assurer un bon niveau de vie, notamment avec l’assurance-vie ou encore les livrets. L’épargne individuelle reste une alternative de choix, reste à savoir jusqu’à quel montant il faudra épargner pour pouvoir vivre de sa retraite confortablement.


Quand commencer à planifier sa retraite ?

Pour Michael Mahiddini, l’idéal serait de commencer vers l’âge de 25 ans. En choisissant de créer une épargne assez tôt, on s’évite les mauvaises surprises à l’arrivée. Pour la plupart des Français, l’idée de constituer une épargne ne fleurit que vers l’âge de 35 à 40 ans. Cet argent mis de côté servira ensuite à alimenter la caisse de réserve qui constituera les revenus complémentaires de la retraite. Les plus jeunes (25-35 ans), eux ne se préoccupent pas plus qu’il n’en faut du futur et préfèrent investir leur argent dans l’achat immobilier, une option certes intéressante sur le long terme, mais qui ne leur permettra pas pour autant de vivre confortablement d’ici 20 ou 30 ans.

En somme, les Français sont à la traine et pour un départ en retraite estimé à 67 ans, beaucoup choisissent de n’épargner que vers 45 ans, ce qui leur laisse une vingtaine d’années pour se constituer une épargne de précaution. Les anciens retraités eux, plus prévoyants, ont commencé à constituer une épargne bien plus tôt, mais il s’avèrerait que ce n’est pas encore suffisant. En effet, 42 % d’entre eux ont recours à l’épargne, à une retraite complémentaire, à un investissement immobilier ou encore à une activité salariale pour compléter leur pension. 13 % d’entre eux comptent sur le régime obligatoire et l’acquisition d’une résidence principale pour s’assurer un avenir confortable. Dans tous les cas, ils estiment que la pension est insuffisante et qu’il faudrait 500 à 1000 € de plus pour profiter d’un bon niveau de vie. Pour rappel, le salaire d’un Français moyen avoisine les 1.530 euros/mois.

Opter pour la sécurité

La récente réforme de la retraite, très attendue de partout, n’a pas eu le succès escompté. Les Français ont notamment réfuté toutes les recommandations à savoir une augmentation de l’âge de départ en retraite ou encore une baisse des pensions en faveur de l’épargne obligatoire. Michael Mahiddini nous dit que pour inciter les Français à épargner davantage, il faudra mieux les informer sur les produits retraits, les avantages qu’ils promettent et les divers organismes qui les proposent. Il faudra également les initier aux nouveaux outils digitaux qui leur permettent de mieux choisir le type de solution qui répondrait au mieux à leurs attentes.

La plupart des Français choisissent actuellement de privilégier la sécurité et le rendement, deux critères de choix qui passent désormais bien avant la fiscalité et la disponibilité. A cet effet, il n’y a rien de plus sécuritaire que l’assurance-vie. Viennent ensuite les livrets comme le livret A qui séduisent encore par leur grande adaptabilité. Michael Mahiddini précise que cet attrait pour l’assurance-vie se traduit par des dépôts de plus de 19.5 milliards d’euros, les livrets A quant à eux, ont affichés un déficit de 4,59 milliards d’euros. Le plan épargne logement (PEL) et les produits spécialisés dans l’épargne retraite (PERP) notent une petite progression, mais restent loin derrière les deux premières solutions.

Quels produits privilégier ?

L’assurance-vie est conseillée aux personnes qui souhaitent épargner à leur rythme dans le but de disposer d’un bon capital une fois à la retraite. Et comme il est désormais possible de faire des retraits de n’importe quel montant à n’importe quel moment, il suffit de demander à l’assureur de programmer lesdits retraits. Le capital restant pourra bien entendu être rendu aux bénéficiaires désignés sans qu’il soit utile de payer des droits de succession.

Michael Mahiddini affirme que c’est une solution adaptée à tous les types de projets, sur le moyen ou le long terme. Toutefois, il faut savoir que l’assurance-vie n’est pas toujours suffisante, surtout si on sait que la durée de vie se rallonge. Il faudra notamment envisager d’opter pour une rente qui sera versée à vie. Bien évidemment, pour bénéficier de ce type de services, il faudra reverser le capital accumulé à une compagnie d’assurance, ce qui ne sera pas du goût de tout le monde. À noter que lors de la souscription de ce type de service, il faudra être vigilant concernant toutes les clauses qui ne sont pas toujours limpides.

Pourquoi opter pour le PERP ?

Le plan d’épargne retraite populaire (PERP) est quant à lui, à retenir pour les actifs à hauts revenus taxés à plus de 30 % puisque le capital sera bloqué jusqu’à la cessation d’activité. Toutefois, il s’accompagne d’une déduction fiscale intéressante une fois débloquée. Comme il s’apparente à une rente viagère, il faudra s’assurer que la rente soit proportionnelle à l’épargne.

Michael Mahiddini nous dit que les contrats Madelin sont proposés aux artisans, à commerçantes et autres travailleurs indépendants. Ils proposent de reverser la totalité du capital au conjoint sans restriction ou barème comme avec les régimes obligatoires. Le système reprend celui du PERP puisque l’épargne va déboucher sur une rente viagère profitant également d’une déduction fiscale. Encore, une fois, il est impératif de se renseigner sur les modalités de souscription, les garanties proposées mai surtout le précompte, ce montant prélevé par le courtier qui englobe toutes ses commissions à venir.

Mieux connaitre l’article 83

Enfin, l’article 83 est à envisager pour les salariés qui sont à la recherche d’une solution d’épargne flexible. Son concept est simple, une partie du salaire est reversée sur un contrat d’assurance-vie collectif et débouchera sur une rente viagère.

Pour Michael Mahiddini, les futurs retraités ne se rendent pas toujours compte que la situation actuelle ne permet plus de tergiverser sur la meilleure manière d’épargner pour la retraite.  Si on sait que la date de départ en retraite est déjà passée à 67 au lieu de 65 ans et que les régimes par répartition ne sont pas toujours stables, il est désormais impératif de s’inquiéter assez tôt de sa retraite.  Ce qui sidère, c’est que les gens n’ont pas toujours idée du montant qu’ils recevront à leur retraite et sont dans le faux en espérant bénéficier du même niveau de pension actuel.  Pour éviter les mauvaises surprises à l’arrivée, il n’y a qu’une seule solution : opter pour solutions d’épargne.